>
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 A Star-Crossed Wasteland ☆ Lang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Date d'inscription : 14/03/2015
Messages : 124
Catégorie :
  • AS1
Présentation : A Star-Crossed Wasteland
Fiche de liens : Unbreakable
Crédits : 123

MessageSujet: A Star-Crossed Wasteland ☆ Lang   Jeu 16 Juil - 7:04


•• MY MIND'S A KALEIDOSCOPE IT THINKS TOO FAST


Sarcasme & Cynisme. Cet humour acide qui pique et qui brûle mais qu’il ne peut s’empêcher de vous balancer à la tête comme s’il s’agissait de l’un des seuls moyens de communication qu’il connaît; voilà comment Lhangxue a l'habitude d'échanger avec les gens. Une dérision tantôt vacante, tantôt accompagnée d'un léger soupir qui sans cesse donne l'impression qu'il est probablement en train de juger votre intelligence, ou un sarcasme emplit de moquerie qui est souvent servi avec un haussement de sourcil et un sourire en coin. Et cynique, toujours, dans sa manière de penser, dans sa manière de parler, dans sa manière d’être avec la majorité des gens qu’il rencontre, cette méfiance qu’il ne peut s’empêcher de ressentir à l’égard des autres, ce criticisme qu'il tend à démonter envers autrui. Ce manque de foi en le genre humain comme extraterrestre car il sait pertinemment que l’univers est rempli d’ordures et que lui-même fait définitivement partie de la liste.

Prudence & Opportunisme. Deux idéologies qui régissent sa façon d’être lorsqu’il s’agit d’agir de l’autre côté de la loi. Jamais impulsif lorsqu’il peut l’éviter, il préfère toujours réfléchir aux options possibles plutôt que de foncer vers l’inconnu tête baissée, évaluer ses meilleures chances de survie et ne réagir au quart de tour que lorsque qu’une situation périlleuse le demande. Ce n’est pas pour autant quelqu’un qui n’ose jamais entreprendre quoi que ce soit, non, seulement, il préfère prendre des risques calculés, préfère privilégier l’action planifiée à la réaction instantanée. Lhangxue, c’est aussi un rat, une fouine, un opportuniste qui sans cesse prétend n’avoir aucun intérêt sur la marchandise qu’il transporte, sur les clients qui le paye pour des contrats souvent moins que légaux, mais qui pourtant cherche toujours à en savoir le plus possible parce que l’information, c’est le pouvoir. Information qu’il ne laisse jamais savoir posséder, car c’est cette même prudence qui le pousse à le garder pour lui, à laisser les autres baigner dans leurs illusions où il n’est qu’un simple ignorant qui ne sert à rien d’autre que de faire la mule pour leur marchandise illicite et à attendre qu’un jour, peut-être – sans doute -, la chose lui soit utile.  

Intelligence & Adaptabilité. Car c'est sans doute deux des choses qui l'ont aidé à survivre au cours de sa vie. Une intelligence brute et non raffinée, qui consiste à comprendre les circonstances, son environnement ainsi que les gens, à se sortir du merdier dans lequel, avec ce genre de boulot, il finit indéniablement par se fourrer, ou même à éviter ce genre de situation pour commencer. Ce genre d’intelligence qui n’a rien à voir avec la culture et la science que bien des gens semblent trouver si importantes, mais qui lui permet plutôt de voir quand on essaie de l’arnaquer, c’est le pratique plutôt que le théorique. Adaptable, toujours, car même s’il n’hésite pas à tester les limites, qu’il ne se gêne pas pour envoyer balader les gens plus importants et imposants que lui, il n’en reste pas moins qu’il sait quand se taire, sait que la confiance n’est pour bien des gens qu’une valeur monétaire, sait quand il est temps de passer inaperçu et de disparaître, et quand il est temps de démontrer qu’il n’hésitera pas à vous démonter la tête si vous ne lui fichiez pas la paix là maintenant tout de suite. La capacité de rouler avec les coups, de réfléchir et de garder la tête froide même lorsque les choses semblent sur le point de sombrer dans le chaos.

Discorde & Discipline. L’ordre, ça n’a jamais été pour lui, pas réellement. Pas lorsqu’il se complaît dans le non-respect des lois et de la Justice uraniene et qu’il brise les règles comme si elles n’existaient même pas. Pas lorsque que le chaos des interactions humaines finissent toujours par l’amuser et qu’il se plait à assister tel un spectateur aux querelles et arguments des membres de son équipage en relançant sans cesse le débat avec un commentaire bien placé lorsque ce dernier commence à s’essouffler. Et pourtant, Lhangxue, il ne supporte pas l’insubordination, jamais, que ce soit au sein des Minotaurs envers Ark et Caleb, ou parmi son propre équipage. L’orgueil, c’est dangereux, la fierté, ça ne sert à rien d’autre que de vous foutre dans la merde. Car ça, c’est le genre de chose qui risque non seulement de vous coûter la vie, mais à celle des gens autour de vous aussi. De toute manière, il est d’avis qu’ils ont beau être un ramassis de voleurs, menteurs et manipulateurs peu recommandables, un traître n’a jamais sa place parmi les leurs. Il en va de même pour l’incompétence; les gens idiots et les incapables lui irritant  les nerfs très – sans doute trop – facilement, le faisant bien souvent réagir de deux manières : des punitions agaçantes qui sont souvent donné de manière sèche et coupante, ou ce genre de silence lourd et froid qui tend parfois à s’éterniser une journée entière et qui reflète bien le calme avant la tempête.

Honneur & Loyauté. Ce sont là deux qualificatifs qu’il possède, même si souvent biaisé dans son application considérant le fait qu’il n’a probablement jamais dû passer un seul jour honnête de toute sa vie. Car autant il n’en a pas grand-chose à faire des autres, de tous ces gens qu’il ne connait pas ou de ceux qui, selon lui, ne méritent absolument pas son respect, autant ceux qu’il estime, peu importe leur place dans la hiérarchie, savent qu’ils peuvent compter sur lui. Honorable, à sa manière à lui, dans sa façon qu’il a de traiter les affaires, car il sait que le meilleur moyen d’obtenir et de garder ses clients c’est d’avoir une réputation à toute épreuve. Mais pour ce qui est du reste, trahir un étranger, quelqu’un qui n’est pas des leurs, c’est ce qu’il fait, sans prendre la peine de réfléchir, car la valeur de sa parole n’a d’équivalent que la place qu’il vous accorde dans cette vision dichotomique qu’il a du monde où les gens sont classés en ‘nuisible’, ‘utile’ ou ‘allié’.

Collectivité & Individualité. Mémoire collective. Cette chose qui le hante depuis aussi longtemps qu’il est en mesure de se souvenir, toujours présente, le plus souvent endormie dans un coin de son esprit. Cette base de données commune regroupant souvenirs et informations amassées depuis des générations par un peuple qu'il aurait sans doute pu appeler le sien s'il ne refusait pas catégoriquement de le faire. La Mémoire collective, c’est un don autant qu’une malédiction. La Mémoire collective, c’est un instinct, une compulsion qui le pousse à sans cesse essayer d’en savoir plus pour ajouter à cette Collectivité avec un grand C, à contribuer à cette chose dont il ne fait pourtant pas partie, pas réellement, son sang trop dilué pour qu'il reçoivent plus que des flashs de sensations et d'images, de connaissances et informations parfois imprécises et disparates. Cette chose qui le laisse confus et déboussolé, avec des fragments de ses propres souvenirs soudainement disparus, comme une digue qui finit invariablement par céder sous la pression et dont la vague emporte toujours une partie de la rive avec elle.

Et pourtant, Lang, malgré ce lien étrange, brisé, ténu qui le relis à d’autres, il n’en reste pas moins qu’il est sa propre personne, son propre individu. Lang, il est un peu comme de la vermine, le genre de vermine qu’on gaze et qu’on écrase à coup de talon, mais qui pourtant trouve toujours le moyen se relever malgré tout ce que vous avez bien pu essayer de faire pour vous en débarrasser. C’est ce désir de survivre qui lui colle à la peau et l’amène à sans cesse dépasser des limites qu’il ne savait même pas exister juste parce qu’il a depuis longtemps compris que la vie, c’est marche ou crève et qu’il n’a aucune intention d’y passer. C’est cet égoïsme qui le pousse à faire passer ses intérêts avant ceux des autres, c’est ce manque d’empathie et de compassion qui le fait rouler des yeux malgré lui devant les gens qui perdent leur temps à s’apitoyer sur leur sort. Lang, c’est quelqu’un qui n’est pas là pour plaire aux gens, qui ne prétend jamais être quelqu’un qu’il n’est pas lorsque ses activités illicites ne le lui demandent pas, mais qui pourtant s’obstine à garder la majorité des détails de sa vie privée pour lui-même.

Lhangxue, au-delà de la Collectivité, il est, et c’est là quelque chose qu’elle ne pourra jamais lui enlever.


•• BLURS ALL THE COLORS 'TIL I CAN'T SEE PAST

Analphabète, il arrive à peine reconnaître quelques lettres et symboles, sachant tout juste écrire son nom. Il fait la majorité du temps usage d'appareils à reconnaissance vocale afin d'envoyer et recevoir des messages, utilise les fonctions audio s'il a besoin d'informations se trouvant sur le WireNet ou demande à Kriptic, son second, de traduire pour lui. Il sait toutefois très bien compter et  l'habitude de prendre ses notes avec l'aide d'un code numérique qu'il s'est inventé il y a longtemps.
• Le langage commun d'Ura n'étant pas sa langue première, il lui arrive régulièrement de s'empêtrer dans ses mots, en plus d'avoir un léger accent lorsqu'il parle. Malgré le manque d’orgueil qu'il tend à posséder dans la plupart des sphères de sa vie, il n'apprécie dans la majorité des cas pas du tout lorsqu'on le lui fait remarquer.
• Puisque l'idée que quelqu'un touche à son cerveau le met terriblement mal à l'aise considérant qu'il en a bien assez avec la mémoire collective de son côté extraterrestre pour laisser quelqu'un d'autre fouiller à l'intérieur de son crâne, il ne possède aucun implant BioTech. Il préfère dégommer les gens lui-même si le besoin se fait sentir; ça, ou d'envoyer quelqu'un briser les jambes de ceux qu'il juge le mériter.
Lhangxue
K'hanti
AS1
Minotaur
•• SURNOM;
Lang, Shuài
•• AGE;
18 ans
•• SEXE;
Asexué, s'identifie comme masculin
•• SEXUALITÉ;
Panromantique
•• VIE SENTIMENTALE;
Désertique
•• LIEU DE NAISSANCE;
Sigma XIII, dans la colonie souterraine de Dalria
•• LIEU DE VIE;
Shark IX
•• MÉTIER;
Contrebandier, capitaine et pilote du Pythagoras



•• PEAU;
Claire, sans doute un peu trop, parsemée ici et là des diverses cicatrices qu'il a collectionné au fil des années. La plus marquante reste probablement celle qui s'étend de son omoplate à son avant bras gauche, causée par une vieille brûlure.
•• YEUX;
Jaunes ambré et légèrement bridés, ils tendent à devenir noirs dans l’obscurité, ses pupilles s’agrandissant pour en faire disparaître l’iris en un semblant de vision nocturne.
•• CHEVEUX;
Noirs, raides, ni vraiment courts, ni vraiment longs, qui encadrent son visage et lui tombent devant les yeux. Une chevelure des plus ordinaire s'il ne s'agissait pas des plumes qui y poussent parfois et qu'il s'empresse bien souvent d'arracher.  
•• TAILLE;
1m55 pour une carrure pas des plus remarquable, il n'est pas très grand ni vraiment impressionnant pour quelqu’un de son âge, ayant cessé de grandir il y a de cela plusieurs années.
•• POIDS;
33 kilos, c'est un poids qui semble à première vu trop léger pour sa corpulence, mais qui s’explique de par le fait que comme les créatures aviaires, malgré un squelette assez solide, il a les os creux.
•• SIGNES PARTICULIERS;
Lhangxue, il aurait presque pu avoir l'air humain aux yeux de ceux qui ne prêtent pas attention, ceux qui ne savent pas où regarder. Presque, oui, si ce n'était pas de ses yeux qui ne lui permettent pas de voir en quoi que ce soit d'autre que du gris, du noir et du blanc. Si ce n'était pas du fait que, si l'on s'attarde au point de vu biologique de la chose, il n'est pas une fille ou encore un garçon, mais bien quelque chose de différent, quelqu'un qui n'est ni l'un ni l'autre. Si le mélange de sang humain et alien ne lui avait pas bousillé sa génétique et qu'il ne s'était pas retrouvé avec deux protubérances osseuses ainsi que quelques os en trop au niveau des omoplates, de même qu'une ossature trop légère, mais pas les ailes qui auraient dû venir avec.

Oui, presque, mais pas tout à fait.

•• THERE NEVER WAS A CHOICE TO MAKE


Sa vie à lui a commencée sous terre.

Dans les tréfonds d'une ville à l'atmosphère lourde et parfois étouffante dont les habitants n'avaient pour la majorité jamais connu autre chose que les plafonds rocheux d'une caverne qui s’étendait à perte de vue en une pâle imitation de ciel. Dans cet endroit où le jour laissait place à la nuit sans rien d'autre que l'heure affichée sur les horloges et la vue des ouvriers se dirigeant et revenant des mines pour indiquer le temps qui continuait de s'écouler. Perdu dans les profondeurs d'une planète infertile et presque morte, qui ne vivait plus que pour satisfaire l'avarice d'un empire.

Quelque part sur Sigma XIII, dans la colonie enfouie de Dalria.


Date Stellaire 0170-931175-2353 15:23
Colonie enfouie de Dalria, Quartier Est, Sigma XIII
Lhangxue, 6 ans


Klang.

Vingt-sept point six grammes.

Klang.

Trente-trois point sept grammes.

Klang.

Trente-huit point quatre grammes.

Klang.

Quarante deux point neuf gram-

-Lhangxue. Ton père veut te voir dans son bureau. Maintenant.

Levant la tête de la petite table sur laquelle il était penché depuis tellement longtemps qu'il pouvait sentir son cou devenir de plus en plus raide, Lhangxue aperçu sa mère alors que cette dernière le fixait de ses sombres yeux bridés, cheveux impeccablement coiffés en un chignon serré alors qu'elle attendait sans broncher dans l’embrasure de la porte avec l'habituel air austère qui semblait ne jamais la quitter. Presque malgré lui, il jeta un coup d’œil derrière lui, comme s'il y avait ne serait-ce que la moindre chance qu'elle soit en train de s'adresser à quelqu'un d'autre; un réflexe qui lui valu un sourcil légèrement haussé et terriblement peu impressionné alors que sa mère lui envoyait un dernier regard appuyé avant de disparaître dans une autre pièce, le faisant grimacer.

Mais intérieurement seulement. Il savait qu'elle n'aurait pas du tout apprécié une telle réaction.

Un rien appréhensif, il reposa le bloc d’Iridium sur la balance métallique en un son qui résonna lourdement dans toute la pièce, s'empressant de se diriger vers la porte du bureau à l’autre bout de l’appartement dans lequel ils vivaient en périphérie de la colonie. Il pouvait compter sur les doigts d'une main le nombre de fois où on l'y avait convoqué; son père ne demandait pas souvent à le voir, pas vraiment, trop occupé qu'il était à gérer les allées et venues des cargaisons d’Iridium et d’Uranium qu’il détournait des mines de Sigma XIII pour avoir le temps de le faire.

Et chaque fois que ça se produisait, c’était sans cesse à propose des affaires que sa famille menaient.  

Arrêtant un moment devant la porte, posant avec hésitation sa main sur la poignée, il fini par se décider à entrer au bout de quelques longues secondes; il aurait sans doute attendu plus longtemps s'il n'avait pas eu l'impression que sa mère le fixait avec insistance quelque part derrière lui. Une chose qui arrivait bien trop souvent à son goût, d'ailleurs; il aurait sans doute été persuadé qu'elle avait des yeux à l'arrière de la tête s'il ne savait pas pertinemment qu'elle était parfaitement humaine.

Lhangxue trouva son père debout devant la fenêtre de son bureau, les bras croisés contre sa poitrine, l'expression presque désapprobatrice qu'il pouvait lire sur son visage lui faisant aussitôt regretter de l'avoir fait attendre. Une forme immobile qui lui semblait toujours d’apparence si imposante même si la majorité des habitants de la colonie le dépassaient tous d’une bonne demi-tête, avec ses ailes repliées dans son dos qui dessinaient une ombre derrière lui alors que des plumes sombres recouvraient sa tête au-dessus d’un visage qui tendait à rappeler celui d'une créature aviaire. 'Zhì niǎo', que sa mère avait l'habitude d'appeler le peuple dont-il était issu. 'Les oiseaux de proie'.

C’était peut-être aussi cette aura d’autorité presque silencieuse que son père semblait dégager en permanence qui lui donnait sans cesse l’impression qu’il était plus grand que nature.

Ne prenant pas la peine d’attendre que Lhangxue lui demande pourquoi il l’avait fait venir, l'alien déposa l'une de ses mains – même s'il avait toujours trouvé qu'elles ressemblaient plus à des serres qu'à des mains à quatre doigts – sur une boite métallique qu'il aurait reconnu entre mille, tapotant cette dernière du bout d’un ongle acéré avant de le dévisager en silence de ses yeux perçants au focus qui semblait presque terrifiant. C’était l’un des multiples exemplaires de cette même boite qu’il avait vu ses parents utiliser si souvent pour faire passer leur marchandise au-delà des systèmes de sécurité du Spacioport sans qu’elle ne se fasse détecter, un alliage spécial dont son cerveau de gamin n’arrivait pas à en saisir la composition même si on avait à de multiples reprises essayé de la lui faire retenir.

Le message en lui-même était clair : c’est le moment de commencer à te monter plus utile que de juste trier et classer la marchandise à envoyer.

Et vraiment, il ne savait même pas pourquoi il était surpris. Après tout, même si le trafic d'Uranium et d'Iridium était extrêmement florissant sur cette planète, la confiance mal placée entre trafiquants et employés était souvent la chose qui vous amenait à vous retrouver étendu dans l'un des coins les moins bien éclairées des Grottes célestes avec une décharge de Cien 05-X bien placée entre les deux yeux. Et puis, s'il y avait bien une chose à laquelle les gens ne portent pas attention, c'est un gamin de six ans prétendant qu'il ne faisait rien de plus que d'attendre le retour de l'un de ses parents dans les hangars.

L’idée de refuser ne lui effleura même pas l’esprit.

Son père produisit un léger claquement au fond de sa gorge alors que les plumes de ses ailes se hérissaient presque imperceptiblement, posant sa main sur l’une de ses épaules en une poigne qui aurait presque pu laisser une ecchymose s’il y avait appliqué un peu plus de pression. Un message sans doute assez incompréhensible pour la majorité des gens, mais Lhangxue n’avait jamais eu besoin de mots pour le comprendre – pas depuis que la Collectivité avait envahi son esprit pour en remplir la moindre crevasse telle une bête au repos qui attendait seulement le meilleur moment pour se réveiller.

’C'est un test. Tu sais ce qu'il te reste à faire. Ne nous déçoit pas, ou sinon...’

Ou sinon, il savait exactement ce qui allait arriver.


Date Stellaire 070-520071-2355 20:43
Colonie enfouie de Dalria, Sigma XIII
Lhangxue, 8 ans


Comme l'avenir ne mit pas bien longtemps à le démontrer, Lhangxue n'eut pas besoin de décevoir qui que ce soit pour que tout ce que ses parents avaient mis des années à construire ne tombe en ruine.

Peut-être que l'un de leur ancien client avait parlé ou qu'ils avaient sans le savoir fait affaire à un agent infiltré du SSRC durant un de leur 'voyage d'affaire', mais quoi qu'il en soit, une équipe de la Division Criminelle fini par se pointer dans la colonie avec un mandat spécial provenait directement du Capitole pour les arrêter et les incarcérer. Il fallait croire qu'à force de sans cesse chercher à gagner de la notoriété dans le milieu criminel de la Bordure Intérieure, ils étaient apparu sur le radar des autorités comme étant une nuisance trop importante pour être ignorée.

Deux jours.

Il avait passé deux jours dans l'une des crevasses obscures que l'on arrivait à retrouver dans le complexe minier de Dalria avant que l'un des ouvriers de la colonie souterraine finisse par le ramener. Deux jours caché loin du monde avec pour seule compagnie le bruit de son cœur qui lui battait aux oreilles et les ombres grises que sa vision nocturne arrivait à discerner dans l'obscurité qui aurait sans doute semblé bien plus épaisse à la majorité des gens. Seul à se demander ce qui allait bien pouvoir lui arriver maintenant que les deux seules personnes au monde qui se soit occupées de lui n'étaient tout simplement plus là, à se demander si lui aussi allait devoir se faire arrêter comme eux l'avaient été, à se demander s'il allait un jour les revoir. Oh, ils n'avaient sans doute jamais été les meilleurs parents qui soit – il n'était pas aveugle, il avait bien vu de quoi avaient l'air les familles des autres enfants du quartier – mais c'était toujours mieux que de se retrouver seul au monde.

Ça, ou de se faire envoyer chez des inconnus tel un colis dont personne ne veut vraiment mais qu'on se doit quand même d'accepter. Parce que c'est là-dessus que son avenir semblait être sûr le point de s'enligner, alors que les autorités à qui on l'avait emmené une fois l'avoir fait sortir du trou dans lequel il s'était terré continuaient de parler au-dessus de sa tête comme s'il n'était même pas là. Même si sa maîtrise du langage commun de la galaxie laissait fortement à désirer, trop loin du dialecte presque perdu de avant Ura de sa mère et la langue cliquettements et sifflements perçants de son père pour qu'il arrive vraiment à s'y retrouver.

Une importante lacune que personne n'avait jamais pris la peine de corriger.

On allait l’envoyer ailleurs, sans doute dans la première famille de mineurs qui allait bien vouloir de lui. Et ça? Ça ne lui disait vraiment rien du tout. C’est sans doute pourquoi, aussitôt qu'on cessa de porter attention à lui le temps d'un instant, Lhangxue prit ses jambes à son cou, s'enfonçant dans les dédales des rues de la colonie en un chemin qu'il connaissait maintenant par cœur pour l'avoir emprunté autant de fois durant ces deux dernières années, l'absence de la boite qu’il avait l’habitude de transporter lui pesant tel un poids dans l'estomac.

Il ne savait même pas ce qu’il espérait trouver dans le Spacioport; il y était probablement venu plus par réflexe qu’autre chose alors que les mêmes pensées continuaient de s’entrechoquer dans sa tête en un capharnaüm qui semblait presque plus en plus bruyant, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire maintenant que-

-Hey! fit soudainement une voix juste derrière lui, de ce ton bourru que tendent à avoir les gens qui passent leur vie loin de toute civilisation un moindrement cultivée.

Il s’arrêta net, tournant la tête pour apercevoir un homme mal rasé aux vêtements d’une propreté douteuse s’approcher de lui à grands pas en continuant de parler de façon presque incompréhensible tout en agitant furieusement les bras, cet instinct qu’il avait fini par développer en ce qui regardait les gens louches lui laissant bien vite savoir que lui?

Ce n’était définitivement pas le genre de personne qu’il fallait se mettre à dos.

Il parvint à peine à saisir une poignée des mots qu'on venait de lui adresser sur un ton bien trop brusque et violent pour que le tout présage quoique ce soit de bon – des mots tel que argent, Iridium et -, mais ce fût plus que suffisant pour qu'il comprenne ce qu'on lui voulait.

-Je, ah, méi yǒu, lui répondit-il en secouant la tête, reculant d'un pas avant de s'arrêter lorsqu'il se sentit reculer dans ce qui était définitivement quelqu'un.

‘J'en sais rien’, aurait-il voulu le dire lorsqu'il vit l'expression particulière colérique que pris le visage de l'homme en face de lui. 'Je l'ai pas, j'en sais rien’. Il fallait croire que l'inconnu en eu vite marre son incapacité à lui donner une réponse acceptable puisqu'il se contenta de faire un signe de la main à son compagnon avant de s'avancer encore plus vers lui.

-Toi. T'va payer s'ils peuv’ pas l'faire, lui dit-il, un sourire pas des plus rassurants prenant soudainement place sur son visage.

Lhangxue eut tout juste le temps de sentir une main se poser sur sa nuque avant que tout ne devienne noir, les paroles qu'il n'arrivait pas à comprendre de l'homme lui résonnant toujours aux oreilles.


Date Stellaire 080-520071-2355 17:52
Périphérie de Cancri II, Cosmos, Ura
Lhangxue, 8 ans


La chaleur.

Plus que le bruit des voix qui s'agitaient autour de lui avec cet accent qui rendait sa compréhension de la langue Uranienne encore plus difficile qu'à l'habitude, plus que le ronronnement des moteurs qui résonnaient à l'intérieur de sa boite crânienne ou la lumière vive et aveuglante qui lui brûlait soudainement les yeux jusqu'à en faire disparaître la pupille, c'était la chaleur qui l'avait réveillé, l'avait fait sortir de cette inconscience nauséeuse qu'un coup bien placé à l'arrière de la tête tendait à provoquer. Ce genre de chaleur lourde et pesante qui rendait le moindre mouvement incroyablement difficile, et où l'air était tellement sec et étouffant que Lhangxue était persuadé qu'il n'aurait pas été en mesure de respirer sans le masque qu'on lui avait probablement collé au visage lorsqu'ils avaient quitté le Spacioport de Sigma XIII.

Une chose était plus que certaine; il n'était définitivement plus sur sa planète.

L'univers sembla soudainement basculer sans dessus-dessous alors qu'on le remettait sur pieds, la main qui tenait son épaule d'une poigne de fer le traînant plus qu'autre chose alors qu'on le faisait parcourir corridor après corridor, l'état désolant du vaisseau dans lequel il se trouvait ne faisant rien pour atténuer l'angoisse sourde qu'il sentait grandir au creux de sa poitrine tel un étau. Puis une salle mal éclairée – pas que la chose l'ait déjà dérangé -, dans laquelle il pouvait voir un gamin – ou une? Non, c'était définitivement un, sauf si l'inconnu était comme lui -, à moitié avachi sur une chaise, et qui avait l'air plus mort que vivant, vraiment, si on lui demandait son avis.

Puis des voix, alors que celui qui le tenait s'adressait à l'autre enfant – il ne prit même pas la peine d'essayer de comprendre ce qu'on était en train de dire -, avant qu'ils ne se fassent balancer sans plus de cérémonie dans une pièce minuscule où la seule chose lui indiquant qu'il s'agissait sans doute de ce qui allait lui servir de chambre était l'unique lit plus que miteux qui s'y trouvait. Lit qui appartenait probablement à l'autre, au vu de comment ce dernier venait de s'y asseoir, les bras autour des jambes qui se trouvaient contre sa poitrine. S'installant contre le mur opposé – il n'avait tout simplement ni la force ni l'envie de se battre pour un bout de matelas -, Lhangxue s'adossa contre ce dernier, imitant la posture de l'autre avant de poser son menton sur ses genoux.

-Kriptic. Toi?

Il mit un moment avant de réellement enregistrer le fait qu'on venait de lui parler, que le gamin couvert d'une couche de crasse tellement épaisse que c'était à se demander à quand remontait la dernière fois qu'il s'était lavé lui avait finalement adressé la parole. Levant les yeux du coin de la cabine qu'il n'avait eu cesse de fixer depuis qu'on l'avait jeté sans ménagement à l'intérieur, il le dévisagea un instant avec incompréhension, le marteau qui lui battait aux tempes lui donnant l'impression que la moindre réflexion demandait un effort sur-humain, avant que finalement il parvienne à comprendre ce qu'on venait de lui dire. Peut-être.

Ce qui se trouvait sans doute à être son nouveau compagnon d'infortune venait de se présenter et attendant probablement à ce qu'il fasse de même.

-Lang, fini-t-il par lui répondre au bout de plusieurs longues secondes d'une voix que la soif avait rendu rauque, n'ayant pas la foi de lui donner son prénom entier.

Il restait juste à espérer qu'il n'allait pas regretter de lui avoir répondu. De toute manière, au point où il en était, il n'était pas certain que les choses pouvaient réellement empirer.


Date Stellaire 0160-962604-2360 15:19
Cimetière de vaisseaux, Cancri II
Lhangxue, 13 ans


Malgré tout ce qui avait changé depuis que le SSRC avait débarqué dans les profondeurs de Sigma XIII, depuis que les pilleurs avait décidés qu'il allait devoir s'occuper de payer la dette que ses parents avaient laissé derrière eux maintenant qu'ils n'étaient plus là pour s'en charger, depuis qu'il avait ouvert la bouche pour répondre à un gamin qui au fil des années qui passaient avait fini par devenir la personne la plus importante de sa vie, Lang ne pouvait s'empêcher de trouver que tout semblait en un sens presque identique. S'il gardait la tête baissée, faisait tout ce qu'on lui demandait, évitait de parler quand il ne le fallait pas ou de se rebeller contre ceux à qui, en un sens, il appartenait désormais, il allait arriver à s'en sortir entier. Plus ou moins.

Adaptabilité. Un concept que Lang ne mit pas longtemps à assimiler, une idée qui bien vite il comprit être la clef de la survie, surtout au sein d'un environnement qui lui apparaissait au départ si étranger. Et pour être honnête, il n'aurait su dire s'il aurait pu y arriver sans l'aide de Kriptic, ou Shénmì, comme il avait prit l'habitude de l'appeler.

Un concept qui allait peut-être enfin leur permettre de quitter l'existence qu'ils menaient au seins des pilleurs; car c'est encore comme ça que Lang les appelaient, les pilleurs et rien d'autres, puisqu'ils ne méritaient selon lui pas la moindre parcelle de considération. Une existence qui se réduisait à ramper dans les coins les plus étroits et inaccessible du cimetière de vaisseaux sous la chaleur débilitante de Cancri II alors que les épaves qui y étaient échouées ressemblaient parfois plus à des fournaises qu'autre chose, et à démonter et rapporter au vaisseau mère du groupe les pièces encore utilisables afin que leur boss puisse revendre le tout au Black Hole de Shark IX. Une vie qui n'en était pas vraiment une, mais dont il avait l'impression de ne tout simplement pas pouvoir échapper lors des nuits où il ne faisait rien d'autre que de rester étendu dans l'obscurité grisâtre de la minuscule cabine qui leur était attribuée, tenu éveillé par la chaleur, la faim, la soif ou la douleur.

Et pourtant, il n'aurait jamais pensé que les choses allaient un jour avoir l'espoir de changer.

Ça n'avait pas l'air de grand-chose, à première vue. Une carcasse rouillée parmi tant d'autres, perdue dans les vestiges d'une guerre dont il n'avait jamais entendu parler, à la peinture rayée et au sas d'entré presque entièrement défoncé. Un porte-chasseur dont le nom était à peine lisible qui trônait à l'ombre d'un croiseur au design particulièrement étrange qu'ils étaient supposés explorer et démonter. C'était Kriptic qui lui avait appris le nom du vaisseau, le Solar Maiden, Lang arrivant tout juste à reconnaître les quelques lettres qu'il avait en commun avec son propre nom.

Juste un morceau de métal inutile qu’ils allaient probablement devoir éventrer dans leur quête sans fin de pièces à revendre sur le marché noir.

Jusqu’à ce qu’ils réalisent, une fois qu’ils eurent décidés de prendre une pause en s'installant dans le petit vaisseau puisque les rayons du soleil perçant au travers du smog arrivaient à traverser le toit crevé du croiseur, que le porte-chasseur n’était peut-être pas aussi abîmé qu’il l’avait semblé de premier abord. Car autant il méritait entièrement sa place dans la décharge, autant lorsqu'ils avaient machinalement décidé de l'explorer un peu histoire de faire passer le temps – ou du moi, autant qu'il était possible d'explorer quelque chose d'aussi petit -, ils avaient réalisé que pour tout ce qui aurait probablement dû être jeter aux ordures depuis tellement longtemps que ça ne servait à rien de compter, la majorité du vaisseau était toujours dans un état acceptable.

-On faudrait réparer. Partir d'ici. Shì de?

Il avait à peine prit le temps de réfléchir avant de parler, le son de sa voix légèrement étouffé par le masque qui lui recouvrait la moitié du visage alors qu'il passait machinalement la manche de son long manteau sur son front humide. Un accoutrement que beaucoup aurait trouvé aussi extravagant que superflus dans une telle température s'il ne s'agissait pas du fait que la dernière fois qu'il s'était dit la même chose, un flash d'images s'était déversé dans son esprit alors qu'il découpait les restants d'un vaisseau qui ne ressemblait à rien qu'il avait vu au cours de sa vie, lui faisant échapper le chalumeau au Fuel0 qu'il tenait directement par terre – et lui aussi, par la même occasion -, récoltant en prime une belle brûlure qui lui mangeait presque la totalité du bras gauche. Bien franchement, durant un moment, il avait été persuadé que s'il ne crevait pas de la fièvre, c'était l'infection qui venait toujours dans ce genre de condition dont la salubrité laissait fortement à désirer qui allait l'achever; à croire que les pilleurs n'avaient jamais entendu parler de la notion d'hygiène, vraiment. Et, après, fallait pas s'étonner s'il essayait d'éviter de ramasser un tas de saloperies dessus.

-Juste, continua-t-il en agitant mollement une main pour désigner ce qui les entourait, comme si la chose était suffisante pour que l'autre adolescent comprenne ce qu'il essayait de lui dire; et c'était probablement le cas, à vrai dire. Cǐ. Changer.

Donnant un coup de pied dans le siège du pilote à moitié recouvert de ce qu'il était prêt à parier était une tache de sang séchée vieille d'au moins plusieurs décennies, Lang s'y laissa tomber, effleurant du bout des doigts les touches du tableau de bord poussiéreux. Ils allaient sans doute devoir y passer une éternité, mais c'était le seul espoir qu'ils avaient.

Et puis, ils avaient l'habitude de chercher pour tout ce qui avait le potentiel de fonctionner, alors ils allaient finir par trouver de quoi le réparer, pas vrai?


Date Stellaire 020-664500-2363 07:14
Périphérie de Cancri II, Cosmos, Ura
Lhangxue, 16 ans


-Tu penses te repointer dans la décennie, shì? Je pense pas que la décharge va te manquer tant que ça, pas la peine d'essayer de trouver un rappeler à amener, fit Lang dans son communicateur, le coude contre l’accoudoir du siège de pilotage du Solar Maiden alors qu'il fixait le hublot du vaisseau d'un air particulièrement ennuyé, le menton posé contre la paume de sa main. Si tu poses pas ton cul dans ta chaise d'ici dix minutes, je décollage sans toi. Tu pourras pas dire que je t'ai pas prévenu.

Un ennui qu'il ne pouvait s'empêcher de projeter afin de cacher sa nervosité même s'il n'y avait personne pour l'observer.

-Inquièt pa, fini-t-il par entendre après un court instant de statique, la voix si familière accompagnée comme à l'habitude de cet accent tellement présent que c'était un miracle qu'il arrive à saisir quoi que ce soit, le faisant rouler des yeux devant la remarque malgré le fait que l'un comme l'autre savait pertinemment qu'il l'appréciait.

Ils avaient planifié et planifié et planifié - même si parfois Lang en était venu à se demander si son ami était réellement en train de l'écouter ou s'il hochait la tête juste pour lui faire plaisir - histoire d'être sûrs que tout allait bien se passer. Ils s'étaient pointés la veille dans le vaisseau mère de la flotte, annonçant qu'ils venaient de tomber sur une véritable mine d'or sous la forme de technologie militaire encore jamais vu et incroyablement bien préservée dans le coin de la vallée des temples, qu'ils avaient vu des rôdeurs errer pas loin de l'épave en question – ce qui était entièrement vrai, même s'il était sûr que le pauvre jeune homme qu'il avait enfermé dans le temple n'avait rien à voir avec ce genre de rôdeur -, que même avec leur taille ils allaient être capable de s'y rendre et que vraiment, ne serait-ce-t-il pas une bonne idée d'envoyer tout le monde pour s'en emparer avant que quelqu'un ne le fasse avant eux?

Ils n'avaient ensuite plus eu qu'à attendre que tout le monde ait posé le pied à terre pour se mettre à traîner à la fin du groupe et de revenir sur leur pas lorsque personne ne faisait attention, Lang pour préparer le Solar Maiden pour leur départ imminent et Kriptic pour poser quelques bombes artisanales à bord de la flotte histoire d'être sûrs qu'ils n'allaient pas recevoir de la visite indésirable.

Et pourtant, une partie de lui continuait de craindre que quelque chose d’inattendu allait se produire et tout foutre en l'air. Ce vague sentiment de et si qu'il ne pouvait s'empêcher de ressentir alors qu'il attendait avec une patience qui semblait presque sur le point de s'effriter que Kiptic revienne. Et si ils faisaient rattraper, et si quelqu'un réalisait qu'ils n'étaient pas là où ils étaient supposé être et venait les chercher, et si leur navette qui s’apparentait toujours plus à une minuscule poubelle volante qu'autre chose malgré tous les efforts qu'ils avaient mis à la réparer décidait de cesser de fonctionner une fois dans l'espace?

Et s'ils n'arrivaient même pas à quitter cette foutue planète?

Le fil de ses pensées fut finalement brisé par des bruits de pas derrière lui. Un son qu'il connaissait désormais tellement bien qu'il ne tourna même pas la tête pour vérifier qu'il ne s'agissait pas d'un intrus alors que Kriptic s'installait dans le siège défoncé à côté de lui, son visage invisible derrière le masque de respiration qu'il portait presque en permanence pour respirer dans l'air filtré du porte-chasseur.

-Sérieusement, t'en a mis, du temps, Shénmì. J'ai cru que t'allais me retrouver à l'état de squelette tellement j'ai failli crever d'ennui, lui envoya Lang en secouant la tête alors qu'il lançait la séquence de mise en marche du vaisseau, un sourire en coin apparaissant au coin de ses lèvres derrière le col de son manteau.

Pas que Kriptic avait besoin de le voir pour deviner qu'il était en train de le charrier, mais enfin. Le regard soutenu que Lang arrivait à deviner était la seule réponse dont il avait besoin.

-Prêt? lui demanda-t-il en lui envoyant un rapide coup d’œil, ne prenant même pas le temps d'attendre sa réponse avant de de décoller, les vibrations d'un moteur trop vieux et usé se faisant ressentir partout à l'intérieur de la carcasse de métal.

Et bien vite, le nez du Solar Maiden franchissait le smog pourpre qui semblait recouvrir en presque permanence la majorité de Cancri II, la vue des vaisseaux des pilleurs explosant derrière eux l'emplissant d'une satisfaction qu'il n'aurait sans doute auparavant pas cru possible.

-Regarde-moi ça, ils nous ont allumé des feux d'artificiel pour nous dire au revoir, comme c'est gentil de leur part, laissa-t-il échapper sur un ton tellement moqueur qu'on aurait presque été en mesure de le trancher au couteau.

Une petite partie de lui regrettait presque de ne pas pouvoir rester un peu plus longtemps afin de voir la réaction de tout ceux qu'ils avaient laissé derrière alors qu'il pouvait voir la minuscule flotte en piteux état dans laquelle il avait passé les dix dernières années de sa vie s'embraser comme si elle était faite de papier. 

Presque.


Date Stellaire 0140-629400-2364 21:47
Bordure Extérieure, Cosmos, Ura
Lhangxue, 17 ans


C'était un plan à toute épreuve.

Approcher le Tenebris en mode furtif, aborder l'extérieur de la coque du cuirassé Impérial dans la combinaison isolante qu'ils avaient réussi à dénicher, démonter l'un des réacteurs externe le plus rapidement possible avant que le froid de l'espace ne lui congèle les membres, embarquer le réacteur à bord de leur porte-chasseur et foutre le camp avant qu'on ait eu le temps de réaliser qu'ils étaient passé par là. Il avait pour une fois laissé les commandes du Solar Maiden à Kriptic tandis que lui s'occupait de détacher la pièce convoitée du mastodonte volant. Sans doute que plusieurs se seraient dit que de s'attaquer ainsi au plus gros cuirassé de la SPHERE était loin d'être une bonne idée, mais ils avaient besoin de pièces de qualité pour upgrader la poubelle volante dans laquelle ils se déplaçaient s'ils voulaient arriver à se faire une réputation digne de ce nom, et il y avait fort à parier que l'un des vaisseaux les plus prisés de la nouvelle Impératrice allait posséder du matériel à la fine pointe de la technologie. Et si jamais les deux n'étaient pas compatible, ils pourraient toujours le vendre.

Dix minutes. C'était le temps qu'ils s'étaient donné afin de compléter leur opération; pas très long, peut-être, mais quelques minutes de plus et le risque de se faire appréhender par les agents de la SPHERE à bord du Tenebris devenaient trop élevé pour que ça en vaille la peine. De toute manière, s'il y avait bien une chose qu'il avait appris avec les pilleurs sur Cancri II lorsqu'il travaillait encore avec eux dans la décharge, c'était de monter et démonter presque n'importe quelle pièce en un temps record. Et puis, entre ça et une carcasse, il ne devait pas y avoir une grosse différence, si?

-Hǎo, fit Lang dans le micro relié au cockpit du Solar Maiden afin d'indiquer à son ami qu'il venait d'atteindre sa destination. Vraiment, pour un vaisseau aussi important, leur sécurité laisse vraiment à vouloir. C'est à se demander comment ils arrivent à s'habiller le matin ou à trouver le bout de leur Hades V-93 pour pas se tirer dans les couilles.

-Eh, lui répondit la voix de son ami, son amusement apparent malgré le grésillement qui accompagnait toujours leur communication. Et après on s'étonnait qu'ils essaient de changer leur matériel complètement désuet.

Oui, vraiment, c'était un plan à toute épreuve, et pour l'instant tout semblait fonctionner comme prévu. Ils s'étaient approché du Tenebris sans se faire repérer, le réacteur ne semblait pas si difficile que ça à retirer, il n'y avait pas le moindre murmure de leur part dans sa tête – imaginez le bordel, sinon - et personne n'avait encore essayé de leur tirer dessus. Il aurait vraiment dû se douter que s'était trop beau pour être vrai.

Lang s’apprêtait à défaire la dernière attache du réacteur, juste avant de vraiment commencer à déconnecter le tout du vaisseau – après tout, il valait mieux éviter de couper l'alimentation avant que ce ne soit réellement nécessaire, plus ils mettaient de temps à réaliser que quelque chose n'allait pas et mieux c'était – quand un mouvement au coin de son champ de vision attira son attention. Là, juste de l'autre côté de la baie vitrée – la cabine de l'Amiral lui souffla la partie la moins choquée de son cerveau – se tenait un homme, ce dernier semblant tout aussi surpris que lui de le trouver là. Un homme sans le moindre vêtement, trouva-t-il important de préciser. Le temps sembla s'étirer, les secondes s'écoulant aussi lentement que des minutes alors qu'ils se dévisageaient mutuellement, comme figés, avant que l'Amiral ne disparaisse soudainement, sans doute afin de venir s'occuper de celui qui avait osé toucher à son cuirassé.

-Wǒ kào, jura-t-il entre ses dents alors qu'il quittait des yeux l'homme complètement nu à la fenêtre, fourrant en vitesse ses outils dans le sac qu'il avait apporté afin de les transporter et activant les propulseurs de sa combinaison afin de retourner au Solar Maiden qui l'attendait un peu plus loin sans perdre une seconde de plus.

Lorsqu'il eut franchi le sas et rejoint Kriptic dans la cabine de pilotage, Lang se contenta de lui indiquer de ficher le camp le plus rapidement possible d'un vague geste de la main, ignorant l'air interrogateur qu'il pouvait deviner derrière le masque du jeune alien alors qu'il se laissait tomber avec un agacement grandissant dans le siège du copilote.

Il fallait croire que de devenir quelqu'un de ce côté de la galaxie allait s'avérer plus difficile que prévu.


Date Stellaire 0230-009550-2365 22:12
Boite de Strip Tease Second Skin, Nel Prilla
Lhangxue, 18 ans


La musique qui lui résonnait aux oreilles depuis déjà plusieurs longues minutes, malgré son étrange familiarité, commençait lentement mais sûrement à faire monter l’agacement grandissant qu'il s'efforçait de contenir alors qu'il fixait la porte avec une intensité presque déconcertante. Même si Mortimer insistait pour sans cesse se rencontrer dans ce genre d'endroit chaque fois qu'ils avaient à parler affaire, lui-même n'en avait jamais compris l'attrait ou l'utilisé; chose qu'il ne s'était jamais gêné de lui faire savoir. Régulièrement. De la manière la plus acide possible.

Il fallait croire que que de voir des femmes presque entièrement nues – ou littéralement sans vêtements, dans certains cas – se trémousser de façon ridicule quand vous étiez en train d'essayer de parler représentait une vision incroyablement intéressante pour certains. Vraiment, malgré les agaçantes manies qu'avait Deidre de sans cesse vouloir lui toucher les cheveux et de lui donner des surnoms tellement ridicules qu'ils en auraient fait pleurer les pierres, Lang aurait de loin préféré qu'ils se rencontrent au Blank Eye.

-Le jour où ce báichī va décider de faire ça dans un endroit convenable, c'est le jour où il va se pointer à l'heure, et ça, ça risque pas d'arriver, marmonna-t-il pour lui-même, même si personne n'aurait été en mesure de l'entendre de toute manière avec vacarme environnant, roulant des yeux tellement fort que c'était à se demander comment ceux-ci avaient fait pour ne pas lui tomber de la tête.

Pour être honnête, Lang aurait probablement refusé de céder à ses excentricités si l'homme en question n'avait pas à de multiples reprises prouvé son efficacité; ça, et s'il n'était pas celui qui lui avait indiqué où trouver le Pythagoras – renommé par ses soins –, la petite frégate qui avait bien vite remplacée leur casserole plus d'un an auparavant et qui leur avait permis de finalement rejoindre les Minotaurs lorsque Kriptic et lui avaient réalisés que ce n'était pas à eux deux qu'ils allaient se faire un nom à Ura. Il fallait dire que le dignitaire du Capitole à qui le vaisseau appartenait auparavant n'aurait jamais dû se venter des vacances qu'il allait passer dans le casino de Nel Prilla suite à sa promotion au beau milieu d'un bar bondé s'il ne souhaitait que quelques hors la loi qui passaient par là juste par hasard décident de le lui voler. Bien fait pour lui.

Pour toutes ses fautes, et croyez le, Lang était plus que partisan du fait que Mortimer en possédait plusieurs, au moins, il était capable de fournir des résultats; il n'était pas certain qu'ils auraient été en mesure de mettre la main sur certaines de leur marchandise la plus intéressante sans les informations – ou le silence – qu'il continuait d'acheter à l'informateur de l'empire.

Et tant pis si certains des contrats qu'il dégotait grâce à lui était parfois dangereux; de toute manière, ce n'était pas comme si le danger l'avait déjà dérangé. Même s'il savait qu'il allait toujours faire tout ce qui était en son possible pour faire en sorte que son équipage s'en sorte entier, quand on faisait partie d'un gang comme celui-ci, il fallait être prêt à peut-être devoir y laisser la vie. Sauf que ça, c'était les risques du métier : marche ou crève aussi longtemps que tu peux, mais immanquablement, on finissait tous par y passer.

Parce que même si c'était sous terre que sa vie avait commencée, c'était dans les airs à naviguer au travers de la galaxie qu'elle allait s'achever.
•• FASCINATING


•• PSEUDO;  Ruru     •• SEXE;  F       •• AVATAR;  Feitan # Hunter x Hunter   •• COMMENT T'ES VENU SUR BANG BRO ?;  Bah en fait, c'est une histoire qui commence avec deux humains et un alien qui entrent dans un bar et- /pan/     •• UN AVIS/SUGGESTION ?; Shake it like a sword with a dead guy on it     •• DC ?; Nope


Oh this is all we’ve got, oh we do what we’ve been taught.
We’re not cynics, we just don’t believe a word you say, we’re not critics, we just hate it all anyway.
© thailo


Dernière édition par Lhangxue K'hanti le Lun 27 Juil - 22:19, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 13/03/2015
Messages : 74
Catégorie :
  • AS0
Présentation : Assiduity makes all things easy
Fiche de liens : Family means nobody gets left behind
Crédits : 86

MessageSujet: Re: A Star-Crossed Wasteland ☆ Lang   Jeu 16 Juil - 16:13

LHANGXUE K'HANTI

   Bienvenue sur BANG! Huhuhuhu love love Maxine c'est nickel (les dates ça fait trop cool et trop bien u see) alors je te valide bien entenduuuu. Encore une fois j'adore la façon de parler de Lang, c'est tellement OVERCUTE. Voilà tu connais ce qu'il reste à faire 8D

   
• • •  


   ▬ INTRIGUE DU FORUM
   ▬ RELATIONS
   ▬ JOURNAL DE RP
   ▬ LISTE DES MÉTIERS
   ▬ DEMANDES DE VAISSEAUX
   ▬ DEMANDES DE LOGEMENTS
   


   



   
Couleur d'Alcyone || •• darkcyan
   I have a place I can call my own
That's where I go til the night is gone
I travel my mind and into my heart
Nobody knows when I go that far
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-a-n-g.forumactif.org
 

A Star-Crossed Wasteland ☆ Lang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (adrian) star crossed lover
» Star-crossed ... Writers ϟ Robin & Jules
» Star Wars Pocket Models TGC
» Neuv'lang
» Pou kisa Ayisyen kontinye limite lang yo ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BANG ! :: écrits :: fragments d'étoiles :: ceinture d'astéroïdes-