>
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 drusilla •• girls like her are meant for more than kingdoms crumbled to dust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: drusilla •• girls like her are meant for more than kingdoms crumbled to dust   Sam 25 Juil - 18:59


•• IT'S BIGGER ON THE INSIDE

Vindicative ; intraitable ; intransigeante ; sérieuse ; professionnelle ; sévère ; froide ; détachée ; honorable ; loyale ; fière ; pas exactement impulsive mais colérique ; sanguine ; obstinée ; provocatrice ; protectrice ; rancunière ; séductrice ; retorse ; vive d'esprit ; meneuse ; peu encline à se confier ; revancharde ; autoritaire ; passionnée ; débrouillarde ; indépendante ; ambitieuse ; pleine de doutes ; craint de ne pas être à la hauteur dans sa vie personnelle, vis-à-vis de son frère ; exigeante, autant avec elle-même qu'autrui ; parfois brutale et regrette alors rapidement ses gestes ; responsable, surtout envers son frère ; solitaire ; tenace ; nullement hostile envers les aliens, uniquement pleine de préjugés ; également méfiante envers la plupart d'entre eux ; (+)

•• MIND PALACE

Drusilla est plus vieille que son frère de deux minutes et trente-trois secondes. Et elle adore son statut d'aînée. •• Personne ne sait exactement ce qui est arrivé à ses doigts, parce qu'elle le cache toujours sous une paire de gants. •• Elle possède encore son alliance, dans un tiroir de sa table de chevet. •• Drusilla déteste qu'on prononce mal son nom de famille. Les gens pourraient faire un effort. •• Son parfum favori à quelque chose de poudré et boisé, une fragance chaude et séductrice. Et elle en porte en tout temps. •• Elle a des habitudes étranges, des habitudes réglées au milimètre près. Que ce soit la façon dont elle fait son thé ou se prépare le matin, même l'ordre dans lequel elle se déshabille. •• Le Commandant est allergique à la plupart des métaux bas de gamme utilisés pour les bijoux notamment, et c'est comme ça qu'elle sut que son premier fiancé était vraiment cheap, ou s'était fait enflé. Autant dire que ça n'a pas duré -bien que la bague en toc ne soit pas la cause de leur rupture. •• Drusilla est, bien malgré elle, avide lectrice de romans à l'eau de rose vaguement érotiques, nourrissant quelques fantasme qui ne seront probablement jamais assouvis. •• Sa plus grande peur est probablement qu'il arrive quelque chose à son frère et qu'elle ne puisse rien faire. •• Parlant de son frère, il n'est pas rare qu'il vienne dormir avec elle, comme ils le faisaient étant enfants. •• Il lui arrive de pleurer, quand personne n'est là pour la voir ni l'entendre, surtout par Herman. Pour évacuer la pression sur ses épaules. Et elle hait la simple idée qu'on puisse la surprendre. •• Elle fait parti des gens ayant eut la chance -hum- de voir l'Amiral d'Aricus dans son plus simple appareil. Et s'en rappelle parfaitement. Ah, quel souvenir. •• C'est bien plus par défaut que par conviction qu'elle s’identifie comme impériale. Le résultat d'une éducation faite par un homme profondément xénophobe et ne croyant en rien d'autre que la splendeur de la civilisation humaine.  •• (+)
DRUSILLA ESFIR
ROZHDESTVENSKY
HUMAIN
IMPÉRIAL
•• SURNOM;
Commandant, Ella.
•• AGE;
36 ans
•• SEXE;
F.
•• SEXUALITÉ;
Hétérosexuelle
•• VIE SENTIMENTALE;
Divorcée et célibataire.
•• LIEU DE NAISSANCE;
V-Solarii, colonie Alpha-42.
•• LIEU DE VIE;
Le Capitole
•• MÉTIER;
Commandant du Tenebris

•• PEAU;
Pâle. Pas mal de grains de beauté à noter.
•• YEUX;
Un marron pailleté d'or.
•• CHEVEUX;
Des lourdes boucles d'un brun chocolat profond, avec quelques reflets cuivrés.
•• TAILLE;
184.76cm
•• POIDS;
79.54kg
•• SIGNES PARTICULIERS;
Deux phalanges manquantes aux deux derniers doigts de sa main gauche.
•• LET'S DO THE TIME WARP AGAIN
 
Les jumeaux Rozhdestvensky. Aussi loin qu'elle puisse s'en rappeler, c'était toujours comme ça qu'on parlait d'eux.  Et elle avait toujours détesté ça. Même en étant jumeaux, ils étaient deux, et les réduire à cela était souvent comme une insulte. Ils étaient différents, ils étaient même opposés. Et autant pouvait-elle aimer son frère, autant Drusilla voulait être plus que simplement sa jumelle.

Leur mère n'était jamais là ; toujours occupée, toujours ailleurs. Des recherches aux quatre coins de la galaxie, et toujours une excuse pour ne pas rentrer. Pourtant, elle n'avait jamais douté de son amour pour eux : c'était leur mère après tout. Enfin, ça c'était avant qu'elle n'abandonne, qu'elle ne les abandonne. Plus de nouvelles, ou si peu que c'en était du pareil au même. Qu'avaient-ils fait ? Difficile de savoir, mais sa rancune, bien loin de se diriger vers elle, retomba sur leur père. Parce que c'était surement sa faute, devenu amer avec les années, absolument imbuvable, insupportable. Et une part d'elle ne pouvait la blâmer d'avoir voulu y échapper.

Leur père était bien trop présent ; exigeant à en être étouffant, ne leur laissant jamais de répit. Blessé lors d'une mission, le brillant lieutenant de la SPHERE avait dû quitter son poste, sa carrière, se retrouvant père au foyer. Et à la naissance des jumeaux, c'était en eux -non, en lui- qu'il avait placé tous ses espoirs, son orgueil même. Sauf qu'Herman n'était pas le fils imaginé, une déception muette aux yeux du père. Drusilla aussi s'était pourtant tracé un chemin dans l'armée, une future carrière brillante surement. C'était bien, mais pas assez. Même lorsqu'elle monta en grade, même lorsqu'elle gravi plus d'échelons qu'il n'aurait jamais pu le faire. Parce qu'au final il était bien plus obsédé par ses rêves brisés qu'intéressé par l'avenir de ses propres enfants.


« Je l'ai quitté. C'est tout ce qu'il méritait. » Et son rire laissait paraitre des relents d'amertume, que son regard dans le vague confirmait probablement. « Toutes ses affaires, par la fenêtre. La bague aussi. Mais j'aurais dû la garder et la revendre. » Et si tôt le matin, ça n'était pas passé inaperçu ; juste son café engloutit et tout avait dégénéré. « Je t'assure, dès le lendemain, j'entendais déjà les vieilles pies raconter que j'avais balancé Rich' depuis la fenêtre. T'y crois toi ? Enfin, ça sera jamais pire que les conneries que je peux entendre au sujet d'Herman. » Un soupir qui fit trembler sa gorge, frémir ses lèvres. Et c'était un regard bien trop sérieux qui fixait la table, assombrissant un peu plus son visage doucement marqué par les années qui défilaient. Ah, on en avait dit des choses au sujet de son frère, de leur relation. Rien de très glorieux, jamais. Des racontars qui lui tordaient les tripes, et dont elle tentait de le garder sauf. Loin de leurs mauvaises langues, de leur cruauté.

« Je dois y aller. On parlera plus tard. » Fin de la discussion, l'arrête de son nez pincée entre son pouce et son index ; les épaules qui s'affaissèrent après un soupire. Elle avait des responsabilités, être commandant n'était pas juste un honneur qu'on affiche pour parader. Elle devait être là, présente. La tête froide et le faciès sérieux, l'esprit concentré sur sa tâche en tout temps. Et ça commençait à faire beaucoup, beaucoup trop peut-être. Son frère, sa vie qui s'effondre et ses obligations professionnelles. Mais pas question de baisser les bras, oh non. Pas après en être arrivée là, pas après avoir trimé pendant des années ; surpassé des officiers plus âgés qu'elle et encaissé les rumeurs, que ce soit sur son manque de capacités ou les raisons soi-disant peu honnêtes de sa montée en grade. Hors de question, non.


Elle voulait que cette discussion se termine rapidement. Tout de suite si possible. Mais elle le connaissait, et elle se connaissait. « Toujours pas de nouvelle, non. Tu sais très bien que sans une raison, elle ne m'en enverrait pas. » Elle avait même oublié leur anniversaire, la dernière fois. Alors non, elle n'avait pas reçu un mot, pas une pensée ; pas même une photo ou un simple signe de vie. Oh, en un peu plus de vingt ans, elle s'était faite à cette mère absente, quasi inexistante. Le Commandant lui en avait voulu, l'avait détestée puis haïe ; la haine pourtant avait fini par se faire amertume et rancune. « Écoute, tu pourras le blâmer autant que tu veux, et lui dire que faire des efforts, ça ne changera rien. Et je te laisserais pas lui faire de la peine encore une fois. » Le ton était monté d'un cran, tendu et presque menaçant. Elle-même s'était levée, sourcils froncés marquant un peu plus les rides vaguement visibles sur son front, le souci fronçant ses sourcils par la même occasion. Elle haïssait cette conversation, et ces mots dans sa bouche. Au point d'en devenir sèche, agressive même, le cœur serré et la gorge sèche. Leur père n'avait jamais fait d'effort pour comprendre ce qui se passait dans la tête de son fils, ou n'avait jamais voulu faire attention. Le résultat était le même, beaucoup d'amertume et de colère, un refus d'admettre la vérité, et si peu de reconnaissance envers elle.

« La prochaine fois, appelle moi pour quelque chose d'important. » Et elle raccrocha sans sommation, retenant sa main au dernier moment pour ne pas écraser l'appareil contre la table. Elle devait se calmer, ou il allait venir, il allait s'inquiéter. Et elle détestait voir le souci sur son visage à lui. Lui qu'elle finit par aller voir, le retrouvant endormi sur le canapé. Un soupir, et une main pour venir tendrement caresser sa chevelure, tandis qu'elle observait la baie vitrée offrant une belle vue sur le Capitole. Leur famille avait toujours été particulière, et même à presque quarante ans, la voilà qui se retrouvait à trop s'en faire pour de bêtes histoires de famille. Une mère les ayant abandonnés, préférant ses recherches et voyages, et ne supportant plus leur père ; un père justement imbuvable, aux rêves brisés et n'ayant rien trouvé de mieux que projeter son ambition sur son seul fils, ce dernier incapable de répondre  ses attentes. Une part d'elle savait qu'au final, elle était pour son frère tout ce qu'il restait de vraiment tangible, seule accroche aux épaules qui finiraient par ployer sous le poids des attentes. Et sentir sa main venir serrer la sienne malgré le sommeil ne fit qu'accentuer le pincement dans sa poitrine.
•• FASCINATING


•• PSEUDO;  Sheba.     •• SEXE;  F.       •• AVATAR;  Mine Fujiko - Lupin III   •• COMMENT T'ES VENU SUR BANG BRO ?; TS     •• UN AVIS/SUGGESTION ?; les tutus me rendront riche et célèbre.     •• DC ?; //
Revenir en haut Aller en bas

Date d'inscription : 14/03/2015
Messages : 124
Catégorie :
  • AS1
Présentation : A Star-Crossed Wasteland
Fiche de liens : Unbreakable
Crédits : 123

MessageSujet: Re: drusilla •• girls like her are meant for more than kingdoms crumbled to dust   Jeu 30 Juil - 17:19

Drusilla Rozhdestvensky

   Bienvenue sur BANG! Alors déjà, bravo pour avoir réussi à terminer cette fiche, je suis bien content de pouvoir enfin te valider. Ton personnage est intéressant, et ta fiche aussi, c’était bien agréable à lire tout ça. Tout est nickel alors je te valide sans plus attendre. Amuses-toi bien sur le Tenebris ♥

   
• • •  


   ▬ INTRIGUE DU FORUM
   ▬ RELATIONS
   ▬ JOURNAL DE RP
   ▬ LISTE DES MÉTIERS
   ▬ DEMANDES DE VAISSEAUX
   ▬ DEMANDES DE LOGEMENTS
   


   


Oh this is all we’ve got, oh we do what we’ve been taught.
We’re not cynics, we just don’t believe a word you say, we’re not critics, we just hate it all anyway.
© thailo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

drusilla •• girls like her are meant for more than kingdoms crumbled to dust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» 07. Girls running wild
» Who run the World (girls)
» 01. Girls just wanna have fun !
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BANG ! :: écrits :: fragments d'étoiles :: trou noir-