>
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 I see the light. | Erlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: I see the light. | Erlyn    Jeu 23 Juil - 17:02


•• IT'S BIGGER ON THE INSIDE

Vous saviez qu’à l’intérieur de nos têtes, il y avait des petites personnes à l’origine de nos émotions, réactions et qui conservent précieusement nos souvenirs ? Vous saviez aussi que, dans nos p’tites têtes, des îles indispensables à l’équilibre de notre bonheur naissent au fil des années et des évènements ? On trouve par exemple l’île de la famille, parce que c’est quand même sympa d’avoir une famille, et puis y a l’ile de l’amitié aussi, parce que les amis c’est cool parfois, et puis y a l’ile de l’enfance, parce que garder une âme d’enfant c’est trop d’la balle, puis y en a d’autres qui changent en fonction des personnes, parce qu’il faut pas oublier qu’on est tous unique et que du coup on est pas tout à fait pareil à l’intérieur. Ca, c’est Disney qui le dit, mais moi j’pense que le tableau de bord des sentiments et émotions est beaucoup plus grand que ça. C’est vrai, quoi, nos émotions ne se limitent pas qu’à de la joie, de la tristesse, de la colère, de la peur et du dégoût. La vie est faite de pleins d’autres choses merveilleuses, d’émotions et de réactions fabuleuses, que Joie, Tristesse, Dégoût, Peur et Colère ne pourraient pas faire naître. Et pour appuyer mon propos, penchons nous sur le cas d’une jeune femme très spéciale –ou pas-, répondant au nom d’Erlyn. C’est parti, mon ami.
 
Erlyn, déjà, il faut savoir que c’est pas la plus raffinée et la plus aimable des jeunes femmes de la galaxie. Genre elle parle trop mal, elle dit pleins de vilains mots tout moches et qui ne devraient pas sortir de la bouche d’une jeune fille, elle a pas trop un vocabulaire évolué, elle parle un peu comme les thugs de votre quartier, mais en moins pire, quand même. Et puis c’est pas non plus une gamine très délicate. Le tact, c’est une notion qu’elle a manqué et qu’elle a du mal à assimiler. C’est clair que quand elle a quelque chose à te dire, Erlyn, elle tourne pas autour du pot pendant cent sept ans. La fille, elle y va cash, tu vois. Mais bon, c’est pas comme si elle disait des trucs méchants trop souvent. Et puis elle n’agit pas dans le but de blesser, c’est juste que… Voilà quoi, certaines personnes ont l’art de manier les mots, d’autres non, il faut pas les juger trop sévèrement okay, c’est pas facile tous les jours. Bon, mais c’est évident qu’Erlyn manque de tact et de savoir vivre. Elle n’est clairement pas douée pour le relationnel et ne sait pas vraiment s’y prendre avec un autre être vivant. Enfin voilà quoi, Joie a encore du boulot pour la rendre agréable et facile à vivre.
 
Mais on a pas dit qu’Erlyn était insupportable non plus, hein, elle est cool parfois.  Genre, c’est quelqu’un qu’il est facile de faire rire. Ah mais vous pouvez balancer vos blagues Carambar du style « Qu’est-ce qu’un point vert dans un ascenseur ? », vous pouvez être sûre qu’au moins, elle lâchera  un sourire, et même pas par compassion. Bon après, faut la balancer dans de bonnes circonstances, la blague, parce que ce que je vous ai pas dit, c’est qu’Erlyn, c’est un peu comme un chat sauvage qu’il faut approcher avec beaucoup de précautions. Et ça, même quand vous la connaissez depuis cent cinq ans et que vous êtes son meilleur ami. Faut pas trop la brusquer, alors évitez de lancer une discussion par un « Hey, Erl, tu connais la blague du mec qui rentre dans un bar et qui… ». Donc oui, avant de pouvoir lui parler normalement, comme on le ferait avec n’importe quel être vivant capable de communiquer de quelconque façon, faut s’approcher, tendre la main, et attendre qu’elle mange dedans : Comme un chaton, j’vous dit. Donc commencez par quelque chose de simple, genre « Hey, Erl, ça va ? ». Si elle vous ne vous répond pas quelque chose comme « Vas te faire foutre, connard. », vous avez le feu vert pour continuer le dialogue, et lancer votre blague sur le mec qui rentre dans un bar. En fait, Erlyn, c’est une personne renfermée et très solitaire. Elle tient à sa liberté, à sa solitude, et n’a clairement pas l’habitude de vivre entouré de gens. Du coup, comprenez qu’elle n’ait pas toujours envie de discuter avec vous, surtout que vous êtes vraiment trop con putain, sérieux comment vous faites comment pour être aussi teubé ?
 
Hein ? Quoi ? Ah ! Mais je vous avais pas dit ! Erlyn, c’est une grosse prétentieuse, genre la meuf elle pète plus haut que son cul et tout. Le truc, c’est qu’Erlyn, elle vient de Zeta Nebula. Comment ça, vous connaissez pas ? bon, c’est pas grave, retenez juste que sur cette planète, les gens sont mégas avancés et sont trop calés côté technologie. Du coup, quand Erlyn a débarqué sur Ura, elle était genre « … Mais c’est quoi ces hommes des cavernes là ? Mais allô ? Vous vivez au moyen âge ou quoi ? », enfin, vous voyez le genre. Du coup, oui, Erlyn est donc calée niveau technologie. C’est pas pour rien qu’elle est la hackeuse du vaisseau Pythagoras, enfin. Et donc elle aura tendance à vous mépriser totalement et ne se privera de vous rabaisser parce que vous, vous êtes trop nuls et que vous y connaissez rien en ordinateurs et en hackage. Mais là aussi, soyez sûr qu’Erlyn n’a aucune intention de vous blesser, c’est juste que… Voilà, elle ne sait pas qu’il faut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler, alors elle dit ce qui lui passe par la tête, et ce qui lui passe par la tête, ben c’est que vous êtes vraiment trop débile, putain. Mais bon, c’est pas grave, elle vous aime surement quand même. A sa façon, quoi.
 
Alors oui, si Erlyn n’est pas douée pour les relations sociales, croyez bien qu’elle l’est encore moins pour exprimer ses sentiments à l’égard d’autrui. Elle ne sait tout simplement pas comment montrer qu’elle apprécie quelqu’un, et, de toute façon, elle aurait trop peur de le faire. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’Erlyn n’a aucune confiance en elle. Elle a toujours peur qu’on la juge à tord, qu’on se fasse un avis négatif sur elle, qu’on la rejette, et, le plus souvent, à cause de son sexe. Car, comme vous avec pu le comprendre si vous possédez un minimum d’intelligence, Erlyn est une femme. Et pourtant, la quasi-totalité des personnes la côtoyant croient le contraire. Eh oui, la peur du rejet a contraint la jeune femme à se travestir. Elle donne clairement l’impression de s’affirmer, et de péter plus haut de que son cul, comme j’l’ai dit tout à l’heure, mais au fond, elle est terrorisée et meurtrie à l’idée qu’on puisse la détester et la rejeter, simplement parce que c’est une pauvre femme, frêle et sans défense. Alors oui, comme tout le monde, Erlyn a ses faiblesses, ses démons, et les siens sont biens cachés, derrière le genre qu’elle se donne, pour ressembler le plus possible à un homme, fort et méga viril.
 
Et le truc, c’est qu’Erlyn joue plutôt mal le jeu, parfois. En fait, elle sur-joue. Elle en fait carrément trop. On dirait presque une caricature, surtout lorsqu’elle s’efforce de roter très fort pour qu’on sache bien qu’elle est un mâle très viril et très sale. Car ouais, c’est triste, mais c’est l’image qu’Erlyn a des hommes. Elle les méprise, elle en a peur, elle s’en protège, et pourtant, elle cherche à tout prix à leur ressembler. Parce qu’être une femme, dans sa tête, c’est synonyme de faiblesse, et c’est tout ce qu’elle déteste. Erlyn est forte, indépendante et sait tenir tête à n’importe qui. Elle n’aime pas l’injustice et l’inégalité et pourtant… Elle ne fait rien pour changer les choses. Parce qu’elle est lâche et qu’elle a peur du rejet. Parce que oui, même si Erlyn tient à son indépendance et à sa liberté, elle sait qu’il est primordial d’avoir des contacts pour survivre, surtout dans ses conditions, mais ça, vous le découvrirez plus tard.
 
Et sinon, je vous avais dit qu’Erlyn était naïve ? Alors ça c’est genre LE truc à savoir absolument, et un point sur lequel il est primordial de ne pas jouer. Vous ne POUVEZ PAS vous amuser à la faire tourner en bourrique, parce que vous allez juste vous manger son poing dans la gueule et vous fair enterrer six pieds sous terre. Mais vraiment, Erlyn DETESTE qu’on se moque d’elle. Elle ne supporte pas le fait qu’on la fasse marcher ou qu’on la taquine, et pire que tout, qu’on se serve de sa naïveté pour se taper de bonnes grosses barres de rire. Mais quand je dis naïve, c’est vraiment genre naïve. La fille, si vous lui dites que vous avez entendu Patchouli dire qu’il en avait marre des voyages en vaisseau, elle vous croira sur parole et cherchera même pas à démonter vos propos. Quoi, vous connaissez pas Patchouli ? C’est l’furet mutant du bras droit du cap’tain du Pythagoras, il est cool. Mais il dort avec son propriétaire, et ça, si vous voulez mon avis, c’est louche.
 
Tiens, en parlant du Pythagoras, Erlyn a eu beaucoup de mal à se faire à l’idée qu’elle devrait se soumettre aux ordres d’un nain particulièrement désagréable à qui il pousse des plumes d’oiseau dans les cheveux. C’est qu’Erlyn, elle a l’âme d’un leader, à la base. Elle aime avoir les commandes, et préfère de loin donner les ordres, plutôt que de les recevoir. Et puis elle est plutôt compétitive et assez têtue, alors ne pas avoir eu son mot à dire quand au fait de ne pas être capitaine a été assez difficile à digérer. Enfin, c’est peut-être mieux ainsi, au final, et puis, pour tout vous dire, Erlyn, elle l’aime bien, son capitaine, même si ça n’a pas toujours été facile avec lui, surtout dans ses débuts.
 
De toute façon, ça n’est jamais facile avec personne, au début. Car Erlyn est une personne sauvage, qui n’a aucune estime d’elle-même, qui ne fait confiance à personne, qui est toujours méfiante et souvent désagréable. Car Erlyn, c’est une fille qui a des périodes durant lesquelles on ne peut pas lui parler sans se faire agresser, et qui ne sait absolument pas se contrôler. C’est une personne qui a beaucoup de mal avec ses sentiments, ses émotions, et qui a bien du mal à le faire comprendre. C’est une personne absolument détestable, parce qu’elle s’y prend toujours mal avec les gens, alors qu’au fond, elle ne demande qu’à être acceptée. Et au final, Erlyn, c’est quelqu’un d’attentionné, à l’écoute, qui ne cherche pas à faire de mal, et qui, même si on dirait pas, s’inquiète beaucoup pour les autres, et ne veut que leur bonheur. Elle est instable et fait peur à voir lorsqu’elle est triste et en colère, mais ça arrive qu’elle soit joyeuse et amusante, même si elle n’en reste pas moins sarcastique et affreusement rabaissante, même si elle n’a, encore une fois, aucune intention de blesser.
 
Au final, on pourra dire qu’Erlyn est une insupportable gamine capricieuse, rancunière, agressive, méfiante, compétitive, fière et introvertie. Mais il faut creuser un peu pour découvrir que c’est également une personne attentionnée et gentille, qui a beaucoup de mal à se montrer douce mais qui fait beaucoup d’effort. Et il faudra creuser beaucoup plus pour se rendre compte qu’Erlyn est en réalité quelqu’un de fragile, dont la confiance en soi est totalement inexistante, et qui est terrorisée à l’idée d’être rejetée. Alors munissez vous de patience et de tact, car croyez moi, vous en aurez besoin, si vous souhaitez découvrir et mieux comprendre ce mystère qu’est Erlyn. Parce que, ce que je vous ai pas dit, c’est que sa fierté lui interdit de dévoiler ses faiblesses. La barrière de ses émotions ne cèdera pas devant vous, et vous ne la verrez surement jamais pleurer, ou perdre ses moyens. 
 
•• MIND PALACE


Erlyn a très très peur des grosses bêtes poilues et rampantes. Genre, mais vraiment. Elle s’évanouirait à la simple vue d’une chenille, s’te plait. V’là la virilité.
Elle aime vivre la nuit, elle aime les balades nocturnes et regarder les villes endormies.
Elle en a pas l’air, mais elle est plutôt maniaque et n’aime pas la saleté et le désordre.
Elle pourrait rester des journées à ne rien faire, c’est une grosse flemmarde, elle aime dormir et passer des journées affalées dans son lit.
Elle ne sait absolument pas cuisiner.
Elle aurait aimé être un homme. Parce qu’elle n’en aurait plus peur, et parce que tout serait plus simple.
Et pourtant, elle aime être une femme, et est plutôt coquette, même si elle ne se permet pas de le montrer.
Elle utilise un long rouleau de tissus pour protéger les blessures en tant que cache poitrine.
Elle déteste le bruit, la foule, et a tendance à être agoraphobe.
Elle est complètement claustrophobe, et c’est un supplice pour Erlyn les longs voyages en vaisseau, même si, avec le temps, elle s’est habituée.
Elle aime la hauteur et la sensation de liberté que ça lui procure, mais elle aimerait bien ne pas être enfermée dans un vaisseau quand même pour pouvoir voler.
Elle n’a aucune idée d’où provient son surnom ridicule.
Elle porte des culottes roses pour pas oublier que c’est une femme. Oui. C’est très très viril tout ça.
Elle ne mange pas beaucoup et est plutôt difficile en ce qui concerne la nourriture, même si elle fait beaucoup d’efforts. Pas qu’elle soit complexée par son poids et qu’elle ait envie de maigrir, non, juste… Erlyn n’aime pas manger. Ouais, c’est chelou. Moi j’aime bien manger, j’comprends pas non plus comment on peut ne pas aimer manger.
Elle est très frileuse et tombe facilement malade.
Elle aime les romans à l’eau de rose et les histoires d’amour bien niaises.
Elle a très peur de tomber amoureuse, de devoir dépendre de quelqu’un, de pouvoir être brisée par le pouvoir d’une seule et même personne.
Elle est souvent fatiguée et aime dormir. Beaucoup.
Elle n’a pas de talent particulier, et se trouve très nulle à cause de ça.
Elle est souvent angoissée, surtout lorsqu’elle est en mission, de peur de tout faire foirer et qu’on dise qu’elle pue la merde.
Elle ne s’en rend clairement pas compte, mais parfois, elle pose des questions genre tellement gênantes et personnelles, de façon trop indiscrète.
Elle a toujours peur de décevoir les gens auxquels elle tient.
Elle ne se rend jamais compte lorsqu’elle s’attache à une personne, parce que lorsque c’est le cas, elle ne change absolument pas. C’est pour ça que les gens ont tendance à penser qu’Erlyn n’aime personne et qu’elle est trop dans sa solitude, vous voyez.
Et d’ailleurs, elle s’attache très vite et très facilement aux gens. Il suffit d’un rien pour qu’elle se prenne d’affection pour quelqu’un.
Par contre, elle a beaucoup de mal à oublier quelqu’un qui lui a fait du mal. Automatiquement, lorsque quelqu’un la blesse, elle ne peut s’empêcher d’avoir envie de se venger, et, que vous le vouliez ou non, elle le fera.
D’ailleurs, Erlyn a une très bonne mémoire, et retient des trucs totalement improbables, même lorsqu’elle donne l’air de ne pas vous écouter. En fait, elle donne très souvent l’air de ne pas vous écouter. Mais en fait si, vous inquiétez pas, votre vie l’intéresse. En fait, non, elle s’en fiche royalement, mais elle retient quand même.
Erlyn respire l’indifférence et la supériorité, mais en fait, il n’en est rien. C’est une feinte.
Quand elle a ses ragnagna, elle est encore pire que d’habitude.
Par contre, elle n’est absolument pas violente physiquement. Vous imaginez, sinon ? Ce serait horrible.
En fait, c’est parce qu’elle n’a aucune force physique. Une pichenette et elle s’envole.
Alors voilà, elle ne sait ni se battre avec les poings, ni avec les mots. Vaut mieux pas qu’elle se retrouve en plein milieu d’un conflit, en fait. Et c’est d’ailleurs pour ça qu’elle les évite du mieux qu’elle peut.
Erlyn parle d’elle au masculin, parce que voilà vous le savez, elle se travestie et tout.
Elle a une voix naturellement assez grave –pour une femme-, donc elle a pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour accentuer le truc, du coup sa voix, ça passe crème.
Elle n’est pas fan des animaux, par contre, elle adore les enfants et aimerait avoir une grande famille.
Elle est fan de la chanteuse Nyno.
Elle nourrit de nombreux regrets et ne sait absolument pas relativiser. Quand quelque chose va mal, tout va mal. 
Parfois, elle craque. Comme tout le monde, hein ? Alors elle pleure. Pour tout évacuer, tout faire sortir. Parce qu'elle sait rarement mettre des mots sur ce qu'elle peut ressentir. 
Et même si elle ne le dit pas, sache qu’il y a de grandes chances qu’elle t’apprécie, au fond.
 
Erlyn
AS1
Minotaurs
•• SURNOM;
Erl, Jī jiǎ
•• AGE;
23 ans
•• SEXE;
Femme
•• SEXUALITÉ;
Pansexuelle
•• VIE SENTIMENTALE;
Le vide intersidéral
•• LIEU DE NAISSANCE;
Zeta Nebula
•• LIEU DE VIE;
Shark IX
•• MÉTIER;
Hackeuse professionnelle, contrebandière et membre du Pythagoras



•• PEAU;
Sa peau change selon son état de santé, devenant complètement blanche –à la manière d’un cadavre, t’imagine ?- lorsqu’elle est malade ou en mauvaise santé. Sinon, à l’habitude, quand tout va bien dans sa vie et qu’elle est pas malade, Erlyn a la peau matte, comme une asiatique ou une personne qui rentre de ses vacances et qui a bien cramé au soleil tout l’été.
•• YEUX;
Ses yeux sont noirs et menaçants, comme ceux d’un chat, et ils donnent l’air de vous juger et de carrément vous mépriser.
•• CHEVEUX;
Ses cheveux sont noirs également. Ils sont coupés plutôt courts, et lui retombent sur le devant du visage. Ca lui donne un côté mystérieux, tu vois. Elle déteste ses cheveux. Enfin, elle les déteste depuis qu’elle les a coupés. Ils étaient sa féminité, ce qui lui rappelait qu’elle avait des putains d’ovaires et des gros seins. A présent, ils lui font ressembler à un homme, pas trop viril mais un peu quand même.
•• TAILLE;
Elle mesure un mètre soixante cinq et n’est absolument pas complexée depuis qu’elle travaille aux côtés de Lang lang, qui est encore plus petit et fragile, donc ça va, ça fait relativiser.
•• POIDS;
Elle pèse cinquante cinq kilogrammes, et j’ai rien d’autre à dire là-dessus…
•• SIGNES PARTICULIERS;
Erlyn est androgyne. Au début, on sait juste pas trop si c’est une femme ou un homme, puis on lui parle un peu, et on se dit « Okay, c’est un mec », alors qu’en fait pas du tout. Mais c’est pas ça le must. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’Erlyn, il lui manque un bras. Du coup, pour compenser, elle a un bras mécanique, qui fonctionne et tout, comme un vrai. C’est un truc un peu pas trop sophistiqué, comparé à ce qu’ils font sur sa planète d’origine, mais pour les boloss attardés qui vivent sur Ura, c’est trop la technologie du futur ma gueule. Ce truc, ça la fait complexer un max, parce que c’est trop moche et tout, mais elle fait genre que c’est une blessure de guerre, parce que ça fait viril t’as vu.
•• LET'S DO THE TIME WARP AGAIN
 Les traits tirés par la concentration, Erlyn fixe l’écran sombre de son ordinateur, unique source de lumière de la pièce plongée dans l’obscurité. On peut seulement entendre les faibles sons émis par les doigts agiles de la jeune femme parcourant le clavier, et les incessants grincements de sa vieille chaise, s’affaissant un peu plus au fil des années. Cette pièce, c’est sa chambre. Sa maison, en fait. Erlyn vit cloitrée dans ce neuf mètres carré, dans cette sombre pièce, quasi tout le temps plongée dans l’obscurité, et à l’épouvantable odeur de renfermé. Dans le reste du minuscule appartement, le reste de sa famille –ses deux parents- vit et prospère en toute tranquillité, ne se doutant absolument pas des activités illicites pratiquées par leur fille.
 
Ce soir, c’est dans les caisses de l’état qu’Erlyn tente de s’infiltrer.
 
Erlyn est ce que l’on peut appeler un magouilleur en bon français, mais que l’on nommera hacker parce que ça fait quand même moins ridicule. Vous savez, sur Zeta Nebula, on est naturellement doué avec la technologie, mais peu de gens ont pour vocation de devenir hacker et de travailler au sein d’un groupe de bandits pas très gentils et pas trop bien vus. Et Erlyn non plus, en fait. S’infiltrer dans des programmes top secrets et y mettre le bins, c’est le passe-temps de la jeune femme, et rien d’autre qu’un loisir qu’elle pratique entre deux après midis endiablés passés avec la merveilleuse famille.
 
Sauf que ce soir là, les choses ne se déroulent pas tout à fait comme dans ses plans.
 
Y a un problème. Elle fronce les sourcils, sa langue claque contre son palais, ses doigts se crispent sur le clavier. Elle a mal aux clavicules, le long du dos, elle a mal à la tête. Il est tard, bien trop tard pour réfléchir correctement et faire des trucs intelligents. Alors elle fait n’importe quoi. Elle se donne l’illusion de contrôler la situation en tapant très vite et très fort sur le clavier. Ses yeux défilent sur l’écran à une vitesse folle, la panique la gagne, menace de la submerger.
 
Erreur.
 
Elle a été repérée. « Non… » Erlyn implore à voix basse. L’écran se fige, n’affichant plus que le signal qui fait comprendre à la jeune femme qu’elle a bien tout foiré. Pour une fois, les Antivirus ont bien fait leur boulot, bloquant à la jeune femme l’accès aux données de la plus haute sphère du gouvernement. Pourquoi elle ? Pourquoi maintenant ? Est-ce que c’était seulement son karma qui lui retombait dessus pour lui faire comprendre qu’elle était pas bien gentille de faire tout ça ? Est-ce que c’était juste une erreur de sa part ? Impossible… Elle n’avait jamais fait d’erreur. Jusque là, tout avait toujours bien fonctionné, Erlyn  s’en était toujours tirée. Mais pas cette fois.
 
D’un geste rageur, elle abat le poing sur son bureau. C’est un simple jeu, pour elle, et cette fois, Erlyn a perdu. Et perdre, elle déteste ça. Alors elle s’affale sur sa table, pour peut-être s’endormir, ou repasser le fil de sa vie et de ses rêves jusqu’à se faire engloutir par un sommeil lourd et sans rêve.

***
 
Elle ouvrit les yeux avec difficulté. Allongée dans une pièce sombre, totalement vide, elle se leva lentement. Elle n’avait pas peur. Elle connaissait cet endroit. Pourtant, elle ne put s’empêcher de crier, d’appeler à l’aide. Elle essaiyait de se persuader que personne ne viendrait, qu’elle était seule et prisonnière, mais ne put se résoudre à abandonner. Elle tambourina contre les murs, provoquant un écho assourdissant. Elle se noyait dans le flot de ses propres cris de terreur. Puis elle ressentit une secousse. Quelqu’un frappait contre la boite dans laquelle elle était enfermée… Elle avait peur… Elle…
 
Erlyn se réveille en sursaut. Elle manque de tomber sa chaise. « Putain… » Elle marmonne, frustrée de s’être faite avoir par le fruit de son inconscient. Elle rêve souvent de cette boite, de la solitude qu’elle renferme, et finit toujours par se réveiller lorsque l’écho de sa propre voix devient insupportable. Cette fois, c’est une secousse qui l’a réveillée. Erlyn tend l’oreille. Quelqu’un frappe à la porte. Mais pas genre pour entrer prendre le thé, non, on tambourine bien fort pour faire comprendre qu’on est pas très content et qu’on entrera coute que coute.
 
Merde. C’est pas bon. Elle ne sait pas ce qui va lui arriver, elle ne sait pas qui se trouve derrière la porte, mais c’est pas bon. Intuition féminine, tu peux pas test.
 
Les pas légers de maman se dirigent pour ouvrir la porte, et la tension monte d’un cran. Sereine, madame se poste à l’entrée et croise les bras, Erlyn pourrait presque le voir de sa chambre. Elle connaît sa mère, et pourrait prédire chacun de ses mouvements, chacune de ses réactions. Puis elle lance d’une voix froide, pleine de dégoût et de reproche, quelque chose comme « Qu’est-ce qui vous amène ici ? » de sa voix froide, dure et inébranlable. Erlyn frissonne. C’est pas bon. Quelqu’un ici va avoir de sérieux ennuis, et quelque chose lui dit que ça va surement être elle.
 
L’angoisse submerge totalement la jeune femme, si bien qu’elle ne peut entendre les pas qui s’avancent vers sa chambre. Elle revient à la réalité dans un sursaut à peine exagéré lorsque la porte s’ouvre brutalement, et qu’elle se retrouve face à trois officiers de police, dans leurs élégantes combinaisons propres à la planète. Erlyn peine à déglutir, elle a la bouche sèche et transpire comme si elle venait de courir un marathon. Elle a les mains moites, elle va tomber dans les pommes.

***
 
La police a débarqué un soir et a vaguement expliqué que ce que faisait Erlyn, c’était pas bien, et qu’elle aurait du y réfléchir à deux fois avant de s’infiltrer dans les programmes top secret du gouvernement. Bien sûr, papa et maman ont été outré d’apprendre que leur fille ne faisait pas que jouer à des jeux débiles en ligne lorsqu’elle était enfermée des heures durant dans sa petite chambre sombre et malodorante. Ils  ont cru à une blague lorsque l’un des officiers a annoncé que « On amène votre fille au poste de police, ce qu’il adviendra d’elle sera décidé dans les quarante huit heures ». Oupsy.
 
Erlyn aussi a eu un peu de mal à se faire à l’idée qu’elle passerait la nuit loin de son nid douillet. Elle était loin de se douter que le lendemain, un officier au visage peu compréhensif viendrait lui annoncer qu’elle ne pourrait plus jamais remettre les pieds chez elle. Elle était jetée, mise à la porte, et devrait quitter Zeta Nebula dans les vingt quatre heures. Tout ça à cause d’un stupide jeu. On dit bravo.
 
Bien sûr, on lui avait confisqué ses papiers, ses ordinateurs et autres objets de technologie que nos grands parents qualifient de « bidules compliqués, j’saurais jamais me servir de ça moi, avec ma p’tite tête j’pourrais pas comprendre comment ça fonctionne ces trucs ». Déjà qu’ils ont du mal à utiliser un vieux Nokia 3310, imaginez les avec les ordinateurs ultra sophistiqués de Zeta Nebula. Gros lol. Bref.
 
En rejoignant le bâtiment officiel de sa ville, Erlyn avait put admirer les portraits d’elle affichés sur les nombreux panneaux informatifs disposés çà et là dans la ville, indiquant que « Si vous voyez cette personne, contactez immédiatement les autorités publiques ». Elle était devenue une clandestine, une hors la loi, une grosse thug life qui respecte pas l’gouvernement. Elle avait peur. Peur de ce qui l’attendait hors des frontières de sa planète, peur de ce qu’elle allait devenir, peur de ce qui pourrait lui arriver.
 
Puis ils avaient prit la direction d’une tour, et la tension augmenta encore un peu. La panique submergeait la jeune femme et elle avait du mal à respirer. Elle aurait surement préféré ne pas être au courant de ce qui l’attendait, malheureusement, après des années passées dans sa chambre à se tenir au courant des différentes actualités, elle avait prit connaissance de l’existence de cette tour, de ce qu’elle renfermait, et de ce qu’on y faisait. La gamine et deux officiers sortirent de la voiture, s’engagèrent dans la haute tour, empruntèrent l’ascenseur jusqu’au dernier étage, et lorsque les portes coulissantes s’ouvrirent, Erlyn put découvrir l’engin qui allait la propulser à des kilomètres d’ici, en des terres totalement inconnues. En fait, j’vous explique. Les autorités de la planète ont mis au point des capsules, qui ont une destination enregistrée à l’avance, et qui emmènent donc les  vilains sur ces planètes prédéfinies à l’avance. Dans vingt pourcent des cas, la capsule se crash et le vilain meurt, mais normalement c’est fiable, hein… Ouais, bon, Erlyn était pas totalement rassurée quand même. Même si, là, tout de suite, le risque de finir écrasée au sol comme une tomate moisie était le cadet de ses soucis. Elle allait quand même atterrir –si tout se passait bien- dans une planête inconnue, loin de sa maman et de son papa, de ses rares amis et surtout, loin de son foyer, ses repères…
 
Quelques minutes qui lui semblèrent des secondes, et Erlyn montait à bord de la minuscule capsule, qui, bientôt, la propulsait loin, très loin de Zeta Nebula, qui venait, une fois de plus, de larguer un de ses nombreux déchets à une planète voisine. C’est à ça que ça sert, le voisinage.

***
 
Shark IX. C’est là qu’Erlyn avait miraculeusement atterrit, sans trop de dommages. Juste un bras en moins, rien de grave. Là bas, il faisait très froid. Très très froid, comparé aux températures auxquelles Erlyn avait été habituée sur Zeta Nebula. Genre, 25°, chez eux, c’est le froid polaire, sortez les doudounes et les bonnets à écharpes intégrées pour sortir de chez vous, et montez le chauffage à fond. Inutile de préciser que la jeune femme a eu un peu de mal à se faire au climat, ainsi qu’à assimiler le langage de la planète. Les premiers jours ont été périlleux. Déjà parce qu’avec son bras qu’était parti en sucette, Erlyn perdait beaucoup de sang et n’allait pas tarder à mourir, genre elle se donnait maximum deux heures et demi tu vois. Fort heureusement, un gentil monsieur, qui s’avérait s’appeler Merruibas,  avait recueilli le pauvre poussin et lui avait offert un merveilleux bras bionique, qu’Erlyn avait jugé « Moche, on fait grave mieux chez moi. ». Heureusement qu’il ne pouvait pas la comprendre. Ah si, en fait. Tiens, ça avait l’air sympa, ce traducteur, il faudrait qu’elle s’en procure un… Mais d’abord, il fallait se reposer, se faire à son bras artificiel tout pourave et emmagasiner des forces pour pouvoir partir à l’aventure, tel Sacha dans Pokémon.
 
Plusieurs semaines passèrent donc, où Erlyn était restée enfermée dans la maison du gentil monsieur, qui prenait soin d’elle, lui donnait à manger, lui apprenait quelques mots et la renseignait sur la planète. Shark IX, donc, un joyeux p’tit monde où se côtoient esclavagistes, contrebandiers, pirates et autres mercenaires, la grosse joie, en somme. Ah, elle était bien tombée, la gamine. Le type lui avait également parlé des Minotaurs, un groupe de criminels pas très très gentils qui se planquaient ici. Le sujet avait beaucoup intéressé Erlyn, peut-être un peu trop au goût de Merruibas, puisqu’il avait, à plusieurs reprises, lorsque la gamine s’étalait trop sur le sujet, décidé de couper court à la conversation.
 
Et puis un jour, Merruibas est arrivé, alors que la gamine sentait qu’elle pourrait bientôt quitter son domicile, pour lui apprendre que la vie, c’est pas si cool que ça en a l’air, et qu’elle s’était un peu faite bernée par ce pas si gentil monsieur. En fait, ce gars à l’apparence honnête faisait, contre toute attente, partie des plus grands esclavagistes de Shark IX, et avait son petit nom dans le milieu. Genre, c’était le mec qui vendait des esclaves de qualité, efficaces et pas cher c’est la MAFF que j’préfère. Et du coup, le mignon poussin qu’il avait arraché des griffes de la mort n’était pas destiné à regagner sa liberté après s’être remis sur pieds, naaan, mais à être vendu comme un vulgaire morceau de viande. Supeeer. Vous auriez vu la tronche d’Erlyn quand elle a apprit ça. En mode « Really Nigga ? »
 
Elle y croyait pas trop, sur le coup, elle se disait genre « Ok, je dors, je vais me réveiller, tout ceci n’est qu’un mauvais rêve, il est très gentil ce monsieur, rien de grave, tout va bien, don’t panic ». Mais en fait, si, you can panic. Son cerveau s’était mis en marche au moment où les bras de l’autre allaient se refermer sur elle, et elle avait eu la chance de bien viser dans les bijoux de famille avant de prendre la fuite. Au passage, elle emporta avec elle le fameux traducteur, avant de se barrer fissa de la baraque.
 
Cette dernière était située en plein cœur d’une grande ville, dont Erlyn ne connaissait absolument rien, puisqu’elle n’était pas sortie une seule fois depuis son arrivée sur Shark IX. Petite escapade touristique, donc, avec un esclavagiste à ses trousses. Superbes vacances.
 
 
Grâce à son superbe traducteur, Erlyn avait eu la chance de pouvoir se prendre des vents magistraux lorsqu’elle demandait son chemin, de l’aide où à bouffer à quelqu’un, et constater à quel point la vie est cruelle. Puis elle en avait gros sur la conscience, la pauvre. Elle s’était faite dupée par ce type à qui elle avait confié sa vie, et à qui elle commençait à s’attacher, elle était loin de sa famille, elle n’avait pas d’endroit où dormir, ni de quoi acheter à manger, ni quelqu’un à qui parler. Elle était tout ce qu’il y a de plus seul et vulnérable.
 
Chaque jour qui passait la rendait plus faible, et elle finit par se détester. Son corps, son visage, son caractère, tout ce qui faisait qu’elle était elle.
 
Mais bon, au cours de ces semaines chez Merruibas, elle en avait appris suffisamment au sujet des Minotaurs, leur bar, leur cocktail secret, tout ça tout ça. Alors, au bout du rouleau, quitte à se faire virer une nouvelle fois et se retrouver sur une nouvelle planète inconnue, elle s’était finalement rendue dans ce fameux bar, avait commandé se fameux cocktail magique, et avait proposé ses services tg au profit des Minotaurs. Contre toute attente, ils avaient accepté sa demande, et c’est ainsi qu’Erlyn signa son premier contrat avec le chef des Minotaurs, et avait pu de nouveau exercer ses talents de hacker, et se faire suffisamment de thune pour avoir de quoi bouffer. Elle continua donc sur cette voix, et signa plusieurs contrats, et demanda finalement à rejoindre les rangs du groupe, qui, ayant prit connaissance des capacités de la demoiselle, acceptèrent. En même temps, vu les machines qu’ils utilisaient, et les programmes informatiques employés, tu m’étonnes qu’elle s’infiltrait où elle voulait sans difficultés. Mon dieu mais c’est pas possible, comment est-ce qu’ils pouvaient être aussi en retard sur la technologie ? Allô.
 
Mais elle s’était pas pointée chez eux comme une fleur pour leur proposer ses services tg ptn. Erlyn avait beaucoup réfléchit à la question. Genre, quelques heures, quoi, parce que vraiment, elle avait besoin de fric, et quitte à faire un travail malhonnête, elle préférait ça à la prostitution. Et comme elle ne s’acceptait plus, elle avait pensé… Qu’eux non plus, ne l’accepteraient pas tel qu’elle était. Elle pensait que, puisqu’elle était une femme, puisqu’elle était faible et fatiguée, sale et à la rue, on la jugerait et on lui dirait « Lol, dégage ». Alors elle a décidé de devenir un homme.
 
Après une dernière confrontation difficile avec le miroir, Erlyn avait coupé ses cheveux, elle avait bandé sa poitrine et revêtit des vêtements bien virils. Elle s’était entrainée à changer sa voix pour avoir l’air un peu crédible, et le résultat était plutôt convainquant. Elle avait l’air, à présent, d’un p’tit garçon de seize ans en pleine crise d’adolescence, qui n’a pas fini de devenir un grand homme viril. C’était déjà ça, écoutez. Puis son bras artificiel, ça faisait un peu blessure de guerre, c’était sympa. Même si, sur sa planète, elle aurait pu avoir carrément mieux.
 
 
Et le temps a passé. Peu à peu, Erlyn s’est habituée aux technologies de Shark IX, a apprit son langage et plus ou moins créé des liens. Elle avait de nouveau des repères, fragiles et éphémères, mais des repères. Elle se reconstruisait doucement, jour après jour, et s’était fait sa place parmi les Minotaurs.
 
Et puis un jour… Il y a eu ce p’tit gars, qu’Erlyn appelle Lang, parce que son prénom est beaucoup trop difficile à retenir, même pour un cerveau comme le sien. Il lui avait proposé de rejoindre son vaisseau, déjà composé de trois charmantes personnes, dont un crocodile de trois mètres de haut. Pour se donner un genre, Erlyn avait fait mine de réfléchir, alors que dans sa tête, elle était toute excitée qu’on lui propose ça. Elle se sentait fière qu’on la choisisse pour ses capacités, et finit par accepter d’un ton détaché, ne voulant surtout pas trahir son excitation.
 
C’était le début d’une nouvelle aventure, pour Erlyn.
•• FASCINATING


•• PSEUDO;  Chromy, Chromounette, Soupe au poulet… C:    •• SEXE;  J’suis une nana moi       •• AVATAR;  C’est oim que j’l’ai fait    •• COMMENT T'ES VENU SUR BANG BRO ?; Dites merci à l’aut’ bucheronne qui bouffe des bébés ours. > :c     •• UN AVIS/SUGGESTION ?; Qu’il est bo ce bébé ♥     •• DC ?; Vous voulez ma mort ? D8


Dernière édition par Erlyn le Mer 12 Aoû - 4:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Date d'inscription : 14/03/2015
Messages : 124
Catégorie :
  • AS1
Présentation : A Star-Crossed Wasteland
Fiche de liens : Unbreakable
Crédits : 123

MessageSujet: Re: I see the light. | Erlyn    Lun 3 Aoû - 2:06

Bonjour!

Les dix jours alloués pour terminer ta présentation se sont écoulés; tu peux toujours demander un délais, mais nous aimerions tout de même savoir où tu en es rendu avec la rédaction!

Bon courage pour terminer ta fiche ♥


Oh this is all we’ve got, oh we do what we’ve been taught.
We’re not cynics, we just don’t believe a word you say, we’re not critics, we just hate it all anyway.
© thailo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I see the light. | Erlyn    Mer 5 Aoû - 1:20

Yup j'aimerais bien un délai s'il vous plait ;w;' Je suis entrain d'écrire l'histoire, je devrais pas tarder à poster ! =) 
Revenir en haut Aller en bas

Date d'inscription : 14/03/2015
Messages : 124
Catégorie :
  • AS1
Présentation : A Star-Crossed Wasteland
Fiche de liens : Unbreakable
Crédits : 123

MessageSujet: Re: I see the light. | Erlyn    Mer 12 Aoû - 4:57

ERLYN

Bienvenue sur BANG! Alors déjà, content de voir ta belle petite fiche terminée. J'aime ton personnage - je sens que ça va donner quelque chose d'intéressant sur le vaisseau - et l'histoire est originale et accrocheuse, en plus d'être plutôt amusante en prime. (Par contre, je refuse que tu me traites de fragile, il est où le respect dites donc?) Du coup, je te valide sans plus attendre, tu vas pouvoir aller rejoindre les membres de notre crew. En espérant que tu te plaises ici ♥


• • •


INTRIGUE DU FORUM
RELATIONS
WIRENET
JOURNAL DE RP
LISTE DES MÉTIERS
DEMANDES DE VAISSEAUX
DEMANDES DE LOGEMENTS




Oh this is all we’ve got, oh we do what we’ve been taught.
We’re not cynics, we just don’t believe a word you say, we’re not critics, we just hate it all anyway.
© thailo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I see the light. | Erlyn    

Revenir en haut Aller en bas
 

I see the light. | Erlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]
» Feather Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BANG ! :: écrits :: fragments d'étoiles :: trou noir-